Tracées

Ces pages sont la trace dérobée d’une méditation sur le possible, c’est à dire sur le langage de l’art. Aucun mot, aucun trait n’y est le résultat d’une pensée qui lui serait préalable, mais ils rendent compte de l’improvisation permanente de l’existence. Ces fragments puisent autant dans les ressources latentes du réel que dans les arcanes des songes. Ils sont nés dans le contact direct avec la peau du papier, dans l’écoulement du liquide sur la feuille, dans le contraste de l’encre ou du fusain avec ce terrain d’aventures en cellulose. Un monde n’est là que pour permettre l’éclosion d’autres mondes. De ces lignes et de ces esquisses, la seule chose qui est certaine c’est qu’elles ont été tracées.

41,15 TTC

CHOUVEL Jean-Marc