Six préludes

Parcours, mais sans narration, « six préludes » progresse par blocs distincts, dont la juxtaposition établit la cohérence. L’étendue ici est un entrelacs de départs. Le lecteur suit des courbes elliptiques, des tracés nets interrompus dont l’élan resurgira pourtant, rebonds, arcs lancés en plein ciel, faussement abandonnés ou disparus, repris plus loin. Le poème se déploie alors à partir de sensations, des évidences qu’elles font naître, et de leurs erres d’un repère à l’autre. Douze peintures jumelles d’Étienne Yver, inspirées de ces textes, agissent en contrepoint ou, placées en regard de chaque partie, comme préludes aux préludes : lignes précédant ou prolongeant des lignes, ou les traversant. Le compagnonnage artistique de Philippe Macaigne et d’Étienne Yver a déjà une histoire longue, et diverse : il trouve ici l’un de ses développements, le deuxième à travers le livre imprimé.

22,00 TTC

MACAIGNE/YVER