Paysages d’Herman Melville

Melville, Faulkner, Pound, voilà les grands Américains. En dépit de conditions sociales terriblement inconfortables, Herman Melville (1819-1891) avait une haute idée de la littérature. Alors sa phrase amène sur la page des îles lointaines, des vallées inconnues, l’Océan, des hommes sauvages, des femmes douces, … des paysages réels, vécus, sensuels et «métaphysiques». On ne connaît de lui que Moby Dick ? Il a écrit et imaginé bien plus. Sur les mers, à New York, ou dans la campagne du Massachusetts.
CLAUDE MINIÈRE est né en 1938 à Paris. Il a d’abord exercé le métier d’instituteur de campagne, puis d’autres, et enfin celui de directeur d’école nationale des beaux-arts. Dans sa jeunesse, il a fréquenté écrivains et artistes d’avant-garde, avant de publier poèmes et études critiques dans de nombreuses revues. Ses traductions (en collaboration avec Margaret Tunstill) d’Ezra Pound (Tristram éd., 1992) ont été primées par l’Académie Française.
Du même auteur :
aux Éditions Marie Delarbre
La trame d’or
Le théâtre de verdure
aux Éditions Gallimard
Pound caractère chinois
aux Éditions Rouge profond
Perfection
Traité du scandale
aux Éditions Tarabuste
Hymne
Je / Hiéroglyphe
Barnett Newman
Grand Poème Prose
Le Divertissement

18,00

Auteur : Claude MINIÈRE