Ode à la nuit

Les Convaincants… mon père, ma tante Aline… et Marguerite, la mère de mon père. De redoutables personnes, diffciles à cerner… Il leur suffit d’être, les autres ne font pas le poids !
Extrait de la nouvelle Antoine est parti.

Les nouvelles sont pour Laguionie ce que les « pafinis » sont aux « toupins » dans l’un de ses derniers films… Lorsqu’elles sont ainsi ouvertes, les nouvelles rappellent aux êtres limités que nous sommes, tous ceux des films, des romans, des idées… des êtres qui ne verront jamais le jour, dont le nombre est infini. Par là, elles nous rappellent l’imposture de ce qui se donne pour réel.

15,00 TTC

LAGUIONIE Jean-François