MOYSAN, Liszt, virtuose subversif

essai | format 17×24 cm | 304 pages | éditeur Symétrie

45,90 TTC

À travers un moment d’une carrière – les années 1830-1848 – et un genre musical – la fantaisie –, Bruno Moysan envisage Liszt virtuose comme acteur clef dans la construction de l’image de l’artiste romantique. L’étude croisée des œuvres et des mœurs, menée par un spécialiste des rapports entre la musique et la politique, rend compte au mieux de ce qu’a été le romantisme. Il ne s’agissait pas simplement d’un parti pris esthétique, mais bien de l’utilisation du champ artistique comme tremplin vers le champ social. Liszt, le premier, est parvenu à rivaliser avec le poète comme prophète des temps à venir : il a su placer le musicien, aux côtés de l’écrivain, à l’avant-garde de la société.
Ouvrage publié avec le soutien de la région Rhône-Alpes.

Mention spéciale du prix des Muses 2011.