Le Prof de mime

Pendant qu’il marchait entre les deux soldats, pas une fois le peintre n’a cessé de penser à la toile abandonnée… Deux ans !… Il y avait exactement deux ans, il plantait son chevalet au bord du marais pour peindre le temps !… Quelle étrange folie, se disait-il ! Ce n’est pas de la prétention, c’est d’une grande modestie. Il suffit d’être attentif…
Extrait de la nouvelle “Le prof. de mime…”

Les nouvelles sont pour Laguionie ce que les « pafinis » sont aux « toupins » dans l’un de ses derniers films… Lorsqu’elles sont ainsi ouvertes, les nouvelles rappellent aux êtres limités que nous sommes, tous ceux des films, des romans, des idées… des êtres qui ne verront jamais le jour, dont le nombre est infini. Par là, elles nous rappellent l’imposture de ce qui se donne pour réel.

15,00 TTC

LAGUIONIE Jean-François