Le César nuit gravement à la santé

J’ai de plus en plus de mal à regarder les films comme un cinéaste. Juste un spectateur hébété. J’ai donc fumé 476 cigarettes. Bu 6 bouteilles de Téquila. Raté 253 coups de fil. Me suis tapé la tête contre les murs 14 fois. Ai rigolé 23 fois. Me suis posé des questions. Des tas de questions. Le genre de question qui ne te fait pas dormir. Même quand tu t’es couché. Le genre de questions qui te rend un peu plus intelligent. Ou bien complètement con. J’ai encore oublié de bouffer moi…

Laurent Bouhnik, bad boy du cinéma français, est le réalisateur de sept longs métrages (Zonzon, Sélect Hôtel, Q….), autant adoré que détesté. Il s’est mis en tête de regarder tous les films du coffret des César et d’en faire le compte-rendu. Il n’épargne personne, ni les copains, ni lui-même dans cette expérience qui dépasse largement un simple visionnage de films. Questionnant sans cesse ce que devrait être un film, et bien plus, sur ce qu’est une œuvre d’Art, il souligne les limites d’un système à bout de souffle, ne sachant plus produire que pour la télévision ou pour un cinéma lèche pompe à fric. Avec un style très addictif, enlevé et railleur, parfois cruel, parfois d’une grâce envoutante, le lecteur l’accompagne dans une folie d’images et de sensations dont personne ne sort indemne.

20,00 TTC

BOUHNIK Laurent