Dépictions

« Dépiction » serait le substantif correspondant à l’acte de dépeindre (latin : depictus ; anglais : depiction) et désignerait une description saisissante, un portrait, une représentation graphique et synoptique, compacte ou approximative. C’est la manière de dépeindre par abstraction de points.

Le présent recueil n’est pas un ouvrage de poèmes illustrés. D’une part, il s’agit moins de poèmes que de « proêmes » dans la mesure où ces textes aspirent constamment à détruire toute impression d’infaillibilité : ils décrivent de manière phénoménologique l’infra-ponctuel, le passage à la disparition, la fuite du point à l’horizon, l’imperceptible transition de l’être au néant. L’écrit s’adresse à la présence des choses, en tant que nous ne cessons de répondre à leur appel et à l’évanouissement de leur interpellation. Langage à l’état naissant devant le réel disparaissant.

D’autre part, les dessins n’illustrent pas les écrits – délibérément. Leur ensemble constitue une œuvre à part entière, avec sa propre progression qui entrecroise disparition du portrait et apparition du crâne. Cette progression entre seulement en « co-respondance » avec la progression interne des textes. Le recueil présente ainsi un enchâssement original entre l’écrit et le tracé, entre dépictions littéraires et dépictions plastiques.

15,00 TTC

MERLIER Philippe