AUDOIN-ROUZEAU, BUCH, CHIMÈNES, DUROSOIR, La Grande Guerre des musiciens

collectif musicologie | format 17×24 cm | 256 pages | éditeur Symétrie

32,00 TTC

Pour les combattants de la Grande Guerre, l’oreille fut parfois l’organe qui leur apprit, à leur corps défendant, la nouveauté technique du conflit ; elle leur permit aussi d’entretenir, sous la forme d’activités musicales développées dans des conditions précaires, un lien avec leur part d’humanité. À l’arrière, le caractère rituel des pratiques musicales donna aux discussions sur l’engagement et le patriotisme une traduction politique directe, dont témoignent également la réorganisation de la vie musicale et parfois même la création d’institutions. Enfin, la guerre mit les compositeurs face à une véritable alternative esthétique et morale, entre la culture de la «  musique pure  » et la production d’une musique politique que certains envisagèrent comme une forme de combat.
Ouvrage publié avec le soutien du Centre national de la recherche scientifique (C.N.R.S.) : laboratoire Institut de recherche sur le patrimoine musical en France (I.R.P.M.F.), et laboratoire Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL) de l’École des hautes études en sciences sociales (É.H.É.S.S.), de la Région Rhône-Alpes.