Astrolabe

Chaque vie recèle des ailleurs désirés, de même que chaque mot. L’écriture poétique de Philippe MACAIGNE s’attache à laisser circuler dans les manifestations du quotidien l’incertain, le fluide, l’instable qui en font le prix. D’un repère à l’autre, le regard s’inscrit dans l’indéterminé d’une présence au monde qui chaque fois reste à apprivoiser, pour tenter d’y demeurer.
Le réel, ce qui est susceptible de voler en éclats, se maintient alors en équilibre dans les rythmes, les variations du silence qui guident la forme du poème. L’oeil s’aiguise à accueillir le vide d’espaces lointains ou proches, à en habiter les souffles.
Les quatre-vingt six peintures qu’Étienne YVER a ici créées viennent accompagner les 17 parties du poème, tissant ainsi en écho leur réseau d’images et de sens en contrepoint. «L’art n’est pas une réponse à l’immédiateté : il réclame lenteur, attention, décalage et distanciation.»

35,00 TTC

MACAIGNE Philippe